Formulaire de participation

Le Prix Gabriel Villemure est un concours destiné à donner la parole aux jeunes au sujet des droits humains. Pour participer, veuillez lire les règlements 2021.

Nous en sommes à la troisième édition du Prix qui s’adresse aux jeunes canadiens francophones âgés de 15 à 20 ans. Le premier prix sera d’une valeur de 500$ et le second, de 300$, dévoilés lors de l’assemblée générale de l’ACAT en mars 2022.

La question suivante doit être à la source d’une production textuelle ou audio-visuelle transmise à l’ACAT au plus tard le 31 décembre 2021 – ce peut être une lettre aux autorités, un manifeste, une œuvre artistique, un podcast d’opinion, etc.

Selon vous, quels sont les éléments à développer pour contribuer à établir le respect de la dignité humaine dans notre société?

Mais qu’est-ce que la dignité humaine?

Le principe de dignité humaine renvoie à l’idée de respect de l’individu tant sur le plan physique que mental. La personne humaine doit pouvoir rester maître de son corps et de son esprit. Elle ne doit subir aucune instrumentalisation ni asservissement niant sa qualité d’individu. En cela, le principe de la dignité humaine se rapproche à celui de la liberté de l’individu. C’est un concept fondateur et primordial pour assurer le respect des droits humains.

Consacré par les textes internationaux tel que la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (DUDH), le droit au respect de la dignité humaine est considéré comme une droit inaliénable, absolu (voir son préambule). Il se retrouve de manière explicite ou non dans la plupart des droits fondamentaux tels que le droit à l’intégrité de son corps.

Le rappel du respect de la dignité humaine est d’autant plus présent lorsqu’on évoque les actes de torture, de mauvais traitement ou encore de réduction en esclavage (art. 4 et 5). Par exemple, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples de 1981 comprend une partie sur le respect de la dignité en faisant référence au passé esclavagiste subi par les pays africains. Selon cette charte, la réduction de l’individu en tant qu’objet est une atteinte à sa dignité en raison de son instrumentalisation.

S’agissant des actes de torture et de mauvais traitements, ils atteignent incontestablement la dignité de la personne humaine.

Nous avons préparé un fascicule d’autoformation pour les personnes qui souhaitent s’informer davantage.

Vidéo éducative sur la torture

Que peut-on faire?

Ressources pour les intervenants

Nous pouvons présenter une activité d’apprentissage dans les établissements d’enseignement ou de loisirs, afin de stimuler la participation aux Prix Gabriel Villemure dans la région de Montréal, contactez-nous!

Formulaire de participation